Welcome to Brasserie Gabrielle

chanel2
scroll down

PHENOMENAL FASHION

Welcome to Brasserie Gabrielle

 

Tout ce qu Please! a aimé au défilé Chanel automne-hiver 15/16…

J’ai beau être allée à pas mal de défilés Chanel, c’est toujours un spectacle dont je ne me lasse jamais. Le défilé Chanel, c’est l’institution du calendrier, le show qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte! Tout le monde va chez Chanel avec le sourire — ce qui n’est pas forcément le cas à tous les défilés ! Car on sait que l’on va passer un moment dingue et unique ! Le spectacle est partout, dans le décor évidemment, mais ça va vous l’avez déjà vu sur Instagram. Mais pas seulement. Fureter dans les allées et chercher sa place, c’est le gage de découvrir quelques créatures chanelisées fraîchement arrivés d’Asie ou du Moyen Orient… Chanel invite toujours pas mal de clients, et ça c’est toujours un régal pour les amateurs de looks hauts en couleurs (comme moi, hi hi!). Il y a évidemment les VIP toujours très nombreux, une sorte de famille Chanel que l’on retrouve à chaque défilé (quelle maison peut se targuer d’être aussi fidèle à ses muses????) : Caroline de Maigret, Stella Tennant, Cécile Cassel, Soko, Inès de la Fressange, Poppy Delevingne, Alma Jodorowsky… Et cette fois-ci, il y a avait la collection, sublime, chic, plus simple qu’à l’accoutumée, très juste, avec un hommage aux codes Chanel. Le tweed, omniprésent, avec des jupes droits simples, des tailleurs pantalons hyper élégants. Il y a avait aussi des petits escarpins bicolores, les sling-backs, ceux que portaient les grand-mères chics dans le 16e arrondissement. Je vois déjà comment Leandra Medine va le retwister la saison prochaine avec un jean effiloché. J’ai aimé les coiffures avec le petit bandeau noir et les cheveux en arrière. J’y voyais les étudiantes en philo de la Sorbonne qui venaient se chercher un mari dans les années soixante…, tout ça dans ce décor de brasserie parisienne qui s’accordait si bien avec la collection… Bref une fois de plus, Monsieur Lagerfeld a réussi son coup.

Texte: Olivia da Costa.